Pour débuter en quilling, il suffit de peu de matériel. Il y a les incontournables, les bien pratiques et les gadgets qui peuvent se révéler utiles selon la pratique que l’on a. Alors, c’est parti pour un petit tour d’horizon !

Le matériel incontournable

Il faut donc des bandelettes de papier, de la colle et un outil pour le quilling. Certains te diront que tu peux rouler le papier avec les doigts, pas besoin d’outil. C’est vrai, c’est faisable mais c’est loin d’être évident d’une part, ça demande beaucoup de pratique d’autre part et surtout certains papiers s’y prêtent mieux que d’autres. J’ai essayé de faire mes spirales à la main car on peut avoir un rendu vraiment très joli mais j’ai laissé tombé pour le moment : le papier que j’adore utiliser ne convient vraiment pas, au lieu d’avoir un joli centre tout fin j’obtiens un truc tout moche…

Je vais essayer de détailler un peu le matériel de base tout en essayant de faire court. Pas simple quand on sait que chaque élément pourrait faire l’objet d’un article à lui tout seul. Peut-être un jour si tu me le demandes gentiment !

Le papier

Évidemment il te faut des bandes de papier ! Le plus facile, c’est d’acheter des bandes prédécoupées spéciales pour le quilling. On en trouve dans certaines enseignes de loisirs créatifs et sur le web bien entendu. Malheureusement, le quilling est encore peu connu en France donc ce n’est pas toujours très facile à trouver à moins de parler un minimum d’anglais. Sinon, tu as la possibilité de découper tes propres bandes de papier avec une règle et un cutter ou pourquoi pas avec une déchiqueteuse à papier (si si, j’en connais qui le font !) Du papier coloré pas trop fin (environ 90 g/m²) suffira pour débuter.

La colle

Là encore je pourrais écrire un roman au sujet de la colle. Il te faut de la colle blanche d’écolier (ou colle vinylique) qui soit transparente au séchage. Ma préférée est la colle Cléopâtre Vinyl’école. Elle est liquide mais pas trop et surtout elle est mate au séchage ce qui la rend pratiquement invisible.

L’outil

2 types d’outils se partagent les faveurs des « quillers », l’aiguille et le stylet fendu.

Le stylet est probablement l’outil le plus simple à manipuler. On peut l’acheter bien entendu ou le bricoler à partir d’un cure-dent (le mien est maintenu dans un porte-mine) ou même d’un bâtonnet de coton tige.

L’aiguille demande un peu plus d’entrainement mais donne un résultat plus propre. C’est mon outil préféré ! Encore une fois, tu peux l’acheter ou le bricoler à partir d’un cure-dent ou d’une aiguille à tapisserie à bout rond par exemple.

Les + bien pratiques

Une pochette transparente pour classeur afin de protéger la surface de travail. La colle n’y adhèrera pas.

Une paire de pincettes fines et pointues pour saisir les petits éléments ou les maintenir le temps que la colle sèche.

Des cure-dents (encore !) pour appliquer la colle.

Des cotons-tige pour nettoyer la colle. Que celui qui n’a jamais fait de tâche de colle me jette la première pierre…

Des ciseaux, euh je dois vraiment préciser pourquoi ?

Un gros pinceau pour dépoussiérer le support (maniaque, moi ?)

Les gadgets parfois utiles

En voici quelques-uns mais il y en a plein d’autres. J’y reviendrai à l’occasion d’un autre post ou peut-être même d’un tuto pourquoi pas !!

Bon c’est bien beau mais comment on s’en sert de tout ça ?

Pour le savoir, cher lecteur, il faudra revenir me lire prochainement.

À très vite !